20/07/2010

La promo, les interviews, et l'écriture dans tout ça ?

Juillet-août, synonyme de vacances ?  J'ai presque terminé la promo de mes deux derniers livres sortis... en novembre 2009 gloups...  qu'il faudrait que je m'attaque déjà à la préparation du suivant...

C'est pas l'usine, mais quand même...

L'écriture, c'est un travail qui se fait généralement en solitaire, sur papier ou sur pc directement : c'est l'imagination qui au coeur du travail.

La promo, c'est ce que je considère comme le "service après-vente" : ça peut être fabuleux... ou très chiant : quel paradoxe !  C'est fabuleux quand un lecteur vient vous féliciter pour avoir lu un texte ou une nouvelle; c'est chiant quand vous attendez désespérément le coup de fil ou le mail d'un journaliste qui ne vient pas...  Dès lors surgissent un tas de questions : peut-être n'a-t-il pas aimé ?  Peut-être que j'ai finalement raté le livre ?  A quoi bon poursuivre ?

Personnellement, ça fait maintenant plus de 10 ans que "Sept", mon premier recueil de nouvelles est sorti.  Lentement mais sûrement, mes textes commencent à se diffuser via divers canaux : mais il faut être patient, extrêmement patient, pour ne pas dire horriblement patient...

Certes, quand je vois des merdes intégrales être bien en évidence dans les librairies ou des auteurs édités parce que ce sont de très bons amis du rond de cuir qui s'occupe des subventions littéraires, il y a de quoi être plus que dépité...

Mais finalement... le véritable boulot d'un auteur n'est-il pas d'écrire avant de se faire connaître ?

 

 

 

 

 

 

 

 

19:18 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

L'important, c' est de se faire plaisir ...

Écrit par : carine-Laure desguin | 20/07/2010

Tu poses là, la question liée à la reconnaissance que chacun espère rencontrer. Dans la vie, par son travail, dans les yeux de sa famille, de ses proches... et maintenant de la télé !
Toutes les nouvelles Star'Ac en dilemme sur l'île de la tentation en confessions intimes sont là pour nous rappeler qu'un semblable n'existe qu'à travers son vis-à-vis et inversement.
Un ouvrage qui a la force de 7, doit, sous une bonne édition (héhé) figurer dans toutes les chambrées d'étudiants en manque d'imagination. Ecrire presque en un jet, un livre pareil signifie juste que dès le départ ton choix était fait.
Si les journalistes n'appellent pas c'est la preuve que le troisième pouvoir est sourd et aveugle lui aussi, parfois.
Ton choix est fait et un choix éditorial t'amènerais davantage à te consacrer nouvelliste.

Écrit par : Eric | 20/07/2010

Les commentaires sont fermés.