15/10/2013

Critiques de Beaudour Allala - merci à elle :-)

« Vertiges » laissent transparaître dans les mots qui cherchent leur équilibre dans son propre déséquilibre « il est des chemins de traverses qu’il vaut mieux oublier » dans les carrefours improbables... Des routes obliques qui donnent une vision inédite du monde que l'auteur nous fait partager... « des forteresses de regrets qui s’échouent au bas d’un falaise ... » Tout paraît fort au demeurant de l’extérieur et l’âme elle s’effrite de ce matériau évanescent qui reflète une âme incontestable de poète né.

Pour Bruines, J’y vois le poète contrarié de tenter la structure avec des multitudes de fleurs aux couleurs et aux parfums disparates... Bruines se voudraient devenir averses pour « dire » davantage en effet, comme le souligne, l'avant-propos au départ du livre... on voudrait que l'auteur se mouille davantage mais le poète incontestable renferme indéniablement un romancier qui a peur de sortir du travestissement de la poésie pour se mettre à nu...

 

23:13 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ca doit être un peu intimidant d'être presque mis à nu par une lectrice qui semble voir aussi clair ;-)

Mais ce qu'elle voit lui plait, ce qu'elle lit l'enchante... et elle nous incite à la découverte...

Écrit par : Edmée De Xhavée | 16/10/2013

Les commentaires sont fermés.