05/04/2014

Critique de "Vertiges" par Joseph Bodson

Laurent Dumortier excelle à créer une atmosphère brumeuse, un peu glauque, où la mort, la fuite du temps, la solitude servent de toile de fond. Il le fait sans trop appuyer sur la pédale, par petites touches précises, sautant parfois d’une page à l’autre, comme à cloche-pied. Et l’on ne sait trop en fin de compte, s’il faut se fier plus à l’espoir ou au vide…une sorte de cyclothymie, peut-être? Mais notre vie à tous n’est-elle pas faite de cette alternance, de ces hauts et de ces bas? Et pour les dire, il reste toujours l’humour, cette politesse du désespoir, comme disait je ne sais plus qui. Humour qui est ici un peu comme les bonbons anglais, très acidulé.

Il ne reste dès lors plus

Qu’à se brûler tant et plus

Jusqu’à ce que se consume

Dans un dernier vers ma plume.

Joseph Bodson

 

Lien vers le site : ici

 

vertiges-cover-petit.JPG

20:16 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.