12/04/2015

Christine Brunet a lu "La fille à la Mercedes"

"La fille à la Mercedes, un titre qui m'a interpellée. On dirait un titre de chanson, vous ne trouvez pas? C'est cela, sûrement, qui a titillé ma curiosité. 

 
Un petit format, une belle photo en couverture et deux noms pour ce recueil : Laurent Dumortier et Geoffrey Baele; le premier est l'auteur des vers qui égrainent le livre, le second est le photographe qui propose au lecteur les clichés qui le ponctuent.
 
La fille à la Mercedes est un recueil de poésies... Mais pas seulement : il s'agit avant tout d'un voyage, un voyage physique le long de l'Escaut, un voyage au fil des mots et des sonorités aussi, au fil des rythmes qui coulent comme le destin de son héroïne. C'est un curieux mélange de poésie,- qui par moment s'apparente à un chant lancinant avec ses leitmotivs -, et de courtes phrases de prose qui amènent le genre sur un terrain atypique, celui du récit.
 
Les auteurs nous racontent la rencontre de deux destinées brisées.
 
La fille à la Mercedes, c'est le trajet psychologique et physique de cette femme, fil récurrent et sombre. Le poète en dévoile les méandres tumultueux, les soubresauts vécus dans un paysage paisible et languissant souligné par les clichés en couleur de G. Baele. Curieux paradoxe qui participe, sans doute, au voyage. Tandis que les photos ancrent l'impression, promènent agréablement, en couleur, le lecteur, les mots le trimbablent, en noir et blanc, sans ménagement. 
 
Vite lus, les vers et les sonorités persistent, l'ambiance générale accable. L'univers de Laurent Dumortier n'est jamais gaie et le dénouement du recueil ne l'est pas plus... abrupt et définitif.
 
Un voyage à découvrir ! C'est surprenant mais c'est "bluffant" : rarement de la poésie est parvenue à m'amener ailleurs !"
 
Christine Brunet
www.christine-brunet.com

12:42 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.