12/10/2015

Publication dans la revue "17 secondes"

 

La revue est consultable ici

Et voici le texte publié :

 

 

Le fauteuil à bascule

Oscille, tel un métronome,

Tandis que le vent

Pousse son cri plaintif

Dans les branches de l’arbre centenaire

Ce soir encore,

Il ne rentrera pas...

 

18:27 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/09/2015

Prochaine publication

 

remue-méninge.png

REVUE MÉNINGE #04 est en cours de préparation ! C’est pour bientôt !

Pour rajouter de l’envie au suspens voici la première de couverture ainsi que le sommaire des artistes : Alain Tardiveau, Anne-Marie Bélanger, Charles Desjardin, Corinne Malfreyt-Gatel, Damien Desbordes, François Biajoux, Julia Pawlowicz, René Chabrière, Laurent Deheppe, Laurent Dumortier, Laure Porthé, Marion Plumet, Mathilde Mourier, Perrin Langda, Philippe Corec & Sara Renaud.

09:32 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/09/2015

Séance de dédicaces

Je serai le week-end du 25-26-27 septembre 2015 à "Tourpes en activité" à la fois pour une remise de prix et pour présenter mon dernier opus "La fille à la Mercedes".

"Tourpes en activité", c'est, le temps d'un week-end, un village qui montre le savoir-faire de ses artisans, de sa brasserie, fromageries, etc..  C'est également une exposition de tableaux et de photos et la présentation des livres des auteurs issus du village....

Plus d'infos : ici

 

23:09 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/09/2015

Publication dans la revue "Bleu d'Encre"

Bleur d'encre.jpg

 

19:23 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/06/2015

Publication dans la revue "Le Traversier"

 

 

 L’effluve du fleuve
Texte proposé par Laurent Dumortier

Sous les lumières immobiles
Je m’enfonce dans
Le cœur rougeoyant
Des quais de la ville

D’une péniche-restaurant
Glissant sur l’Escaut
Me parviennent des mots
Murmurés par le vent

L’effluve du fleuve
Tel un voilier de regrets
Me rappelle nos hiers
Pas encore oubliés
Et nos lendemains trépassés

Lien vers le site de la revue "Le Traversier" : ici 

19:20 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/06/2015

L'Escaut, extrait de "La fille à la mercedes"

L'Escaut

 

En lui, il y a du mystère

En nombre :

Des traces de guerre,

Des ombres...

 

On bouge

En surface

On se perd

Face à face

 

Tu crois

Qu'un pont de souvenirs

Pourra

Nous réunir

 

Mais...

 

Tandis que

L'Escaut coule,

S'écoule...

 

Tandis que

L'Escaut coule,

S'écoule...

 

Les bateliers

Ne voient

Pas le passé

Comme toi et moi

 

Ils l'oublient

Derrière eux

Et s'en remettent

Aux dieux

 

Tu pensais

Changer ton destin

Comme un trait

Sur un parchemin

 

Mais...

 

Tandis que

L'Escaut coule,

S'écoule...

 

Tandis que

L'Escaut coule,

S'écoule...

 

Les passants sur les rives

Découvrent

Deux cadavres

Qui dérivent...

 

 

 

 

 

 

 

12:14 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2015

Critique de "La fille à la mercedes"

Quand on lit Laurent Dumortier, on n'est pas là pour dire c'est bien, ce n'est pas bien ou c'est beau, ce n'est pas beau ; non, non, quand on lit du Laurent Dumortier on fait simplement l'expérience de l'authentique, entendez par-là celle de la pensée, d'une pensée qui n'appartient qu'à lui.


Son tout dernier recueil illustré "La fille à la Mercedes" est un voyage poétique - presque un mirage mis en vers -, lequel surprend par le mot tendre, le mot court, le mot direct comme un uppercut. Mais voilà, c'est cela le style Dumortier : percutant, touchant et pourquoi pas dérangeant.


Jeanne R.
(Lyon, le 24.05.2015)

 

cover1.JPG

 

 

 

 

14:37 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/04/2015

Christine Brunet a lu "La fille à la Mercedes"

"La fille à la Mercedes, un titre qui m'a interpellée. On dirait un titre de chanson, vous ne trouvez pas? C'est cela, sûrement, qui a titillé ma curiosité. 

 
Un petit format, une belle photo en couverture et deux noms pour ce recueil : Laurent Dumortier et Geoffrey Baele; le premier est l'auteur des vers qui égrainent le livre, le second est le photographe qui propose au lecteur les clichés qui le ponctuent.
 
La fille à la Mercedes est un recueil de poésies... Mais pas seulement : il s'agit avant tout d'un voyage, un voyage physique le long de l'Escaut, un voyage au fil des mots et des sonorités aussi, au fil des rythmes qui coulent comme le destin de son héroïne. C'est un curieux mélange de poésie,- qui par moment s'apparente à un chant lancinant avec ses leitmotivs -, et de courtes phrases de prose qui amènent le genre sur un terrain atypique, celui du récit.
 
Les auteurs nous racontent la rencontre de deux destinées brisées.
 
La fille à la Mercedes, c'est le trajet psychologique et physique de cette femme, fil récurrent et sombre. Le poète en dévoile les méandres tumultueux, les soubresauts vécus dans un paysage paisible et languissant souligné par les clichés en couleur de G. Baele. Curieux paradoxe qui participe, sans doute, au voyage. Tandis que les photos ancrent l'impression, promènent agréablement, en couleur, le lecteur, les mots le trimbablent, en noir et blanc, sans ménagement. 
 
Vite lus, les vers et les sonorités persistent, l'ambiance générale accable. L'univers de Laurent Dumortier n'est jamais gaie et le dénouement du recueil ne l'est pas plus... abrupt et définitif.
 
Un voyage à découvrir ! C'est surprenant mais c'est "bluffant" : rarement de la poésie est parvenue à m'amener ailleurs !"
 
Christine Brunet
www.christine-brunet.com

12:42 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/04/2015

"Larmes d'automne", texte extrait de "Ether, mer et terre" publié dans le numéro 75 de "Traversées"

traver75recto

 

traver75verso

 


Larmes d’automne


 


Le ciel pleure


Et les feuilles des arbres


S’envolent  dans un tourbillon de regrets


 


La grisaille


Enveloppe tout


Jusqu’aux dernières fleurs du jardin


 


L’été est parti,


L’hiver pas encore arrivé.


 


Derrière ma fenêtre,


Je me demande si tu reviendras.

 

00:23 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

03/03/2015

Salon du livre de Bondues - 28 et 29 mars 2015

Je serai présent les 28 et 29 mars à Bondues pour présenter notamment "La fille à la mercedes".

Plus d'infos : ici

21:39 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/01/2015

Critique de "R.A.S." par Jeanne R

Ce mini recueil de poèmes et de pensées est un bijou vraiment, sincèrement, tragiquement. C'est une pierre de touche, mince en pages mais profonde en pensées, dedans il y a beaucoup, il y a tout : c'est pertinent, décapant, dérangeant, prenant, poétique, lyrique ; au fond, c'est un hymne à la vie que tu as écrit là.

Je salue et rends hommage au vrai poète que tu es !!

Impossible de rester insensible parce qu'au-delà de tes mots il y a la vie..... Alors que je vis deux fois ma vie pour la vivre mieux, toi tu dis : "Je suis toujours en retard parce que j'ai une ou deux vies à rattraper..."

Amitiés littéraires,
Jeanne R.

23:00 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/11/2014

La fille à la Mercedes

Premier article paru ce jour et relatif à "La fille à la Mercedes" sorti durant le salon de "Tournai la Page" : ici

 

cover1.JPG

18:04 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/11/2014

Du 1er novembre au 1er décembre, je participe à l'opération les auteurs de SFFFH francophones ont du talent

 

10689802_688794357865031_3782866287586979399_n.png

 

 

La croisière

 

 

 

        Comme chaque année, j'avais participé, sans trop y croire, à la tombola organisée par l'association des commerçants de mon quartier. Mais, même si j'avais eu du mal à réaliser ce qui m'arrivait, j'avais bien dû me résoudre à admettre que j'avais gagné. Et pas l'un de ces improbables services de table, entièrement en plastique, offert en guise de lot parce que personne ne désirait s'en porter acquéreur...

 

        Au contraire, le numéro mentionné sur mon billet correspondait au premier prix, offert par une agence de voyage : une croisière d'une semaine, tous frais payés, aux Antilles...

 

        Disposant de pas mal de jours de congé et d'heures supplémentaires à récupérer, je n'avais pas hésité une seconde. Pendant que mes collègues allaient devoir affronter brouillards ou bruines, froid et humidité conjugués, j'allais tranquillement voguer au soleil...

 

        Du moins, c'est ce que je pensais...

 

        Le départ avait lieu un peu plus d'un mois après la proclamation des résultats, ce qui me laissait largement le temps de boucler mes dossiers en cours et de préparer mes bagages.

 

        Il faisait exceptionnellement beau le jour de l'embarquement et de nombreuses personnes se pressaient sur le quai, probablement la famille des passagers, les ayant accompagnés et désirant les saluer une dernière fois...

 

        Le bateau quitta le port et, au bout d'une heure, nous étions en pleine mer...

 

        L'heure du dîner étant arrivée, je me rendis au restaurant et m'installai tranquillement à la place qui m'avait été réservée.

 

        Au cours de la conversation entamée, j'en appris un peu plus sur mes voisins de table.

 

        Il y avait tout d'abord Thierry Delannay, propriétaire d'un restaurant spécialisé dans les produits marins ; Jacques Delvaux, un industriel ayant signé « le plus gros contrat de toute sa carrière »; monsieur et madame Auvertin et leurs enfants (qui étaient aussi excités que peut l'être un jeune chien) et enfin Agathe Windey, professeur d'université.

 

        La conversation n'avait tourné jusque là qu'autour de banalités, jusqu'à ce qu'Agathe lance celle-ci sur un sujet passionnant et passionné...

 

        - Savez-vous que nous passons par le triangle des Bermudes?

 

        - Ne me dites pas que vous croyez à ces sornettes ?

 

        - Disons que certains faits sont suffisamment troublants pour susciter l'intérêt.

 

        - Certes, mais de là à y croire...

 

        - Avez-vous une idée du nombre de bateaux et d'avions disparus dans cette zone ?

 

        - Oui, j'en ai entendu parler, mais l'avis des différents experts se rejoint sur un point : il s'agit vraisemblablement d'un phénomène électromagnétique ou météorologique qui dérègle les appareils.

 

        - Nous serons de toutes façons fixés dès demain !

 

        - Oui, nous serons aux premières loges en quelque sorte...

 

        Mais, contrairement â ce qu'Agathe espérait, rien de particulier ne se produisit, du moins jusqu'à ce que je surpris une conversation pour le moins insolite entre le commandant du paquebot et l'un de ses hommes…

 

        - Vous êtes certain de ce que vous avancez ?

 

        - Absolument certain. Soit nos instruments de bord sont complètement déréglés, soit…

 

        - Soit ?

 

        - Nous voguons sans direction déterminée... En clair, nous sommes perdus... La boussole est comme folle, elle semble ne plus pouvoir déterminer la position du Nord... Mais ce n'est pas tout...

 

        - Poursuivez...

 

        - Regardez le soleil, vous ne remarquez rien d'anormal ?

 

        - Ma foi...

 

        - D'après ma montre, il devrait être midi passé. Or, il semblerait que le soleil ait accumulé du retard : vu sa position, il serait à peine dix heures...

 

        - En effectuant les calculs manuellement, en tenant compte de notre vitesse, où devrions-nous nous trouver actuellement ?

 

        - Plus très loin de notre destination... Dans le... fameux triangle en fait...

 

        - Est-ce que...

 

        La conversation fut interrompue par un cri à l'avant du bateau.

 

        Non loin de nous, une sorte de tourbillon venait d'apparaître. Le commandant jura et ordonna que l'on fasse marche arrière afin de l'éviter...

 

        Tandis que les passagers se massaient à l'avant afin de voir l'étrange phénomène, un fait plus curieux encore se produisit : le niveau de l'eau semblait diminuer de plus en plus et le temps, clair jusque là, commença à se charger en brouillard…

 

        Si le calme avait régné jusque là, il n'en fut plus de même au moment où nous vîmes un navire se diriger vers nous. L'incrédulité céda rapidement la place à la terreur lorsque le drapeau hissé arbora une tête de mort...

 

        Malgré toute la puissance de notre paquebot, le bateau sorti de nulle part gagnait du terrain. Le comble de l'horreur fut atteint lorsque nous pûmes voir leurs visages : blafards, hideux et décharnés.

 

        La plupart des passagers présents sur le pont fuirent vers leurs cabines où ils s'enfermèrent à double tour...

 

        L'abordage eut lieu quelques minutes plus tard : des grappins furent jetés à destination du paquebot et les pirates — les spectres ? — grimpèrent rapidement à bord.

 

        L'équipage tenta, tant bien que mal, de les repousser, mais ils demeuraient insensibles aux balles tirées...

 

        En moins d'une demi-heure, le pont avant n'était plus qu'une gigantesque mare écarlate, mélange du sang des marins et de quelques passagers qui avaient essayé de leur prêter main-forte.

 

        L'intention des pirates était clairement de piller le bateau et de ne laisser aucun survivant à bord... Les femmes criaient et les enfants hurlaient, tandis que les lames des sabres sifflaient...

 

        J'étais parvenu à me dissimuler sous une bâche, non loin des cheminées. De ma cachette, je pouvais observer le déroulement des événements...

 

        En ayant apparemment terminé, les pirates quittèrent le navire et regagnèrent le leur, emportant leur butin...

 

        Le bateau pirate, tout comme le brouillard, disparut aussi mystérieusement qu'il était apparu...

 

        Cela fait maintenant 40 jours que ,'e suis à bord de ce navire, seul survivant de cette attaque. 17 me re.s e suffisamment de vivres z~our tenIr plusieurs mois'; voire une année-, .sz je raitzionne ..    uisse Di u f ar'e -r s' e que te p? is e regagner le terre t-ne ou c -r R ne vi e crci;5e rapidement ma route. J'az lit sensatzon de perdrepeu à yi eu. la raison…

 

Extrait de "Bruines" paru aux Editions Chloé des Lys : ici

 

 

 

18:14 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/10/2014

7,8 et 9 novembre 2014

Je serai présent le vendredi 7 novembre 2014 pour la remise des prix à la Bibliothèque Jean de la Fontaine à Ath dans le cadre du concours de nouvelles organisé conjointement par la Bibliothèque et Chloé des Lys : "Nouvelles des Tranchées". 

Les 8 et 9 novembre, je serai à Tournai la Page (Halle aux Draps - Grand-Place de Tournai) pour présenter la sortie de mon nouvel opus "La fille à la Mercedes" réalisé avec Geoffrey Baele (photos).

 

 

18:58 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/09/2014

Séance de dédicaces à "Tourpes en activité"

Je serai présent le dimanche 28/09 de 13h00 à 20h00 à « Tourpes en activité », en l’Eglise St Martin, pour la présentation de mes ouvrages.  "Tourpes en activité" ce sont des artisans, des producteurs, qui vous montrent leur savoir-faire durant un week-end.  Plusieurs milliers de personnes qui viennent découvrir l'envers du décor durant un week-end, avec visite de la brasserie, des fromageries, etc..

Plus d'infos : ici

12:01 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2014

"Un mois"

Sur "Les Chroniques de Madoka" : ici

00:01 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/09/2014

Inédit Nouveau n°269 - à propos de "Vertiges" - critique de Paul Van Melle

 

« Il existe aussi chez cet éditeur une petite collection de textes brefs, inaugurée au début par le poète à l’origine de l’entreprise, Laurent Dumortier, qui signe cette fois encore des instantanés qui tentent d’exprimer, comme le font les photos mitraillées sans hasard au fil des promenades, ici des Vertiges bien reconnaissables sous les ramures forestières en couverture ainsi que, au dos, les traces de corps laissées sur les pavés par une craie indiscrète. »

21:38 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/06/2014

"Un mois" chroniqué par Juliette S.

A lire ici

Juste une précision parce que la remarque revient souvent... et qu'il faut bien lâcher un petit quelque chose au bout d'un moment ;-)

"Un mois" est en quelque sorte un avant-goût de "Un an", composé de "avant" et "après", qui explique ce qui s'est passé avant que le personnage ne se retrouve enfermé et surtout ce qu'il se passe après qu'il ait franchi la porte de la pièce...

 

 

16:40 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/05/2014

Textes publiés sur Aloys et séance prochaine de dédicaces

Deux textes extraits de "Vertiges" ont été publiés sur le blog de lecture "Aloys".  Plus d'infos ici et ici.

D'autre part, je serai en séance de dédicaces les 21 et 22 juin 2014 (10-18h00) à Namur, à la Maison de la Poésie, rue Fumal, non loin du musée Félicien Rops.

11:50 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/04/2014

Critique de "Vertiges" par Joseph Bodson

Laurent Dumortier excelle à créer une atmosphère brumeuse, un peu glauque, où la mort, la fuite du temps, la solitude servent de toile de fond. Il le fait sans trop appuyer sur la pédale, par petites touches précises, sautant parfois d’une page à l’autre, comme à cloche-pied. Et l’on ne sait trop en fin de compte, s’il faut se fier plus à l’espoir ou au vide…une sorte de cyclothymie, peut-être? Mais notre vie à tous n’est-elle pas faite de cette alternance, de ces hauts et de ces bas? Et pour les dire, il reste toujours l’humour, cette politesse du désespoir, comme disait je ne sais plus qui. Humour qui est ici un peu comme les bonbons anglais, très acidulé.

Il ne reste dès lors plus

Qu’à se brûler tant et plus

Jusqu’à ce que se consume

Dans un dernier vers ma plume.

Joseph Bodson

 

Lien vers le site : ici

 

vertiges-cover-petit.JPG

20:16 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/03/2014

Interview pour "Plaisirs et découvertes"

A découvrir ici

17:53 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2014

Salon du livre de Bondues

Je serai en dédicaces à Bondues, au salon du livre les 29 et 30 mars 2014.

Plus d'infos ? C'est ici et ici

18:02 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/02/2014

Interview sur "Plaisirs et Découvertes"

Pour la lecture de l'interview, c'est ici

22:17 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/11/2013

"Vertiges", article paru dans "Vers l'Avenir"

"TOURNAI - Le recueil de Laurent Dumortier dynamite des souvenirs, avec une lancinante et noire mélancolie. «Vertiges» et signes des temps." (F. Lison)

L'article complet : ici

19:00 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/10/2013

Critiques de Beaudour Allala - merci à elle :-)

« Vertiges » laissent transparaître dans les mots qui cherchent leur équilibre dans son propre déséquilibre « il est des chemins de traverses qu’il vaut mieux oublier » dans les carrefours improbables... Des routes obliques qui donnent une vision inédite du monde que l'auteur nous fait partager... « des forteresses de regrets qui s’échouent au bas d’un falaise ... » Tout paraît fort au demeurant de l’extérieur et l’âme elle s’effrite de ce matériau évanescent qui reflète une âme incontestable de poète né.

Pour Bruines, J’y vois le poète contrarié de tenter la structure avec des multitudes de fleurs aux couleurs et aux parfums disparates... Bruines se voudraient devenir averses pour « dire » davantage en effet, comme le souligne, l'avant-propos au départ du livre... on voudrait que l'auteur se mouille davantage mais le poète incontestable renferme indéniablement un romancier qui a peur de sortir du travestissement de la poésie pour se mettre à nu...

 

23:13 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/07/2013

Des news durant les vacances ?

Ben oui, l'éditeur étant au placard pour 2 mois, l'auteur a du temps devant lui :-p

Au menu : "Contes et légendes d'Equaam" : je viens de terminer "Le loup noir"; quelques textes écrits pour "Ether, mer et terre" et puis surtout... j'espère avancer dans le recueil-concept "La fille à la mercedes" !

Et si en prime, j'arrive à écrire une ou deux nouvelles, dans l'avion par exemple, je ne cracherai pas dessus :-D

Au plaisir de vous retrouver bientôt, en septembre notamment pour la promo de "Vertiges" notamment :-)

 

20:18 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/06/2013

En ce mois de juin

Quoi de mieux qu'un moment de lecture ? 

Rendez-vous le dimanche 30 juin au 85, rue des Bruyères, 7034 – OBOURG/Mons  

à 15H30 et 17H00.

Entrée libre – En collaboration avec le Cercle Littéraire Montois « Clair de Luth » 

 

Infos : ici 

 

 

19:52 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/05/2013

Festival international et Marché de Poésie de Namur

Il aura lieu les samedi 22 et dimanche 23 juin à Namur, à la maison de la Poésie, située rue Fumal.  Je serai présent pour y dédicacer mon dernier opus "Vertiges".  Plus d'infos : ici

21:39 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/04/2013

Article paru dans "Le Bibliothécaire"

Bruines.jpg

 

 

Bruines, Laurent Dumortier, Editions Chloé des Lys.

 

1) L'auteur

Après une formation en sciences psychologiques, Laurent Dumortier a alterné l'écriture de romans, de nouvelles ou encore de poésies.  Mais toujours en gardant un univers sombre où l'étrangeté règne en maître.  Outre sa collaboration à diverses revues littéraires, il dirige les Editions Chloé des Lys depuis maintenant près de 15 ans.  Il a remporté également divers prix littéraires.

2) Le livre

"Bruines" est un recueil de nouvelles ultra-courtes, qui correspondent en quelque sorte à des instantanés, à des moments photographiés littérairement.  Une vingtaine de textes constituent le recueil, autant de déclinaisons autour du thème de la pluie.  Car si elle étanche la soif, elle peut également se montrer acide.  L'étrange révèle sa présence dans les moments les plus ordinaires : voyage en train, en bateau ou en voiture ou simple course à pied...

21:22 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

"Bruines" sur les "Chroniques de Madoka"

Superbe critique de "Bruines" sur le site "Les chroniques de Madoka" : ici

19:16 Écrit par Laurent Dumortier | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |